Papillons

A mes heures perdues et lorsque l’occasion se présente, j’aime photographier les papillons, dont j’ai appris la variété et les comportements depuis le temps de mon enfance sauvage.  Pour une approche entomologiste réussie, il faut être attentif à l’impact sur l’environnement de sa propre présence; attentif à son ombre, à ses mouvements, sa vitesse, à la météo, aux alentours..

Si le papillon volette et butine ça et là, une partie consiste parfois à deviner où va se situer son prochain arrêt, afin d’anticiper le meilleur cliché. Il faut savoir juger la distance minimale jusqu’à laquelle on pourra s’approcher avant qu’il ne soit dérangé et s’envole : la macrographie en plein air demande souvent beaucoup de patience, et une bonne volonté d’interpénétration, d’osmose avec le milieu immédiat.

Si certains papillons sont d’un tempérament farouche, alertes, d’autres sont au contraire plutôt indolents, et viennent parfois prendre la pose, le temps d’une photo,  sur le bout de mes doigts.

Pour le matériel, je me contente en général de prendre l’appareil que j’ai sous la main, selon l’instant. Le plaisir de l’approche physique dans un milieu naturel égale bien celui de l’esthétique d’un cliché réussi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *